Description des illustrations de gauche à droite:
  •  
  • Groupe de jeunes filles immigrantes de Stratford Home
  •  
  • Famille immigrante dans le port de Québec
  •  
  • Jeune femme recevant la citoyenneté canadienne
     
    Le Canada est un pays d'immigrants. Il est peuplé par des générations d'hommes et de femmes provenant d'une multitude d'origines ethniques différentes, cela depuis la lointaine époque préhistorique.

    Les ancêtres des peuples amérindiens et inuit sont venus d'Asie 18 000 ans avant Jésus-Christ. Pendant cette période, l'Amérique du Nord était recouverte de glace. Le détroit de Béring, situé au nord-ouest du Canada, entre les côtes de l'actuel État américain Alaska et les plaines de Sibérie en Russie, était lui aussi glacé. On pouvait donc traverser d'un continent à l'autre. Ces Asiatiques, à la recherche de troupeaux d'animaux, ont donc peuplé le territoire nord-américain bien avant que les Européens « découvrent » le continent.

    Ce sont d'abord les Français qui immigrent en grand nombre au Canada. Sous le régime colonial français, à peu près 10 000 personnes viennent s'installer au pays. La majorité des Canadiens français d'aujourd'hui sont des descendants de ces immigrants venus de la France.

    La conquête de la Nouvelle-France par les Britanniques, en 1760, met pratiquement fin à l'immigration française. Des immigrants venant du Royaume-Uni leur succèdent. Vers 1780, les Loyalistes, en provenance des États-Unis, s'établissent au Canada et permettent la naissance du Nouveau-Brunswick et de l'Ontario. Dès le début du 19e siècle, les immigrants de l'Angleterre, de l'Écosse et de l'Irlande traversent l'Atlantique massivement, fuyant les situations économiques et sociales précaires de leur pays. Entre la conquête (1760) et la Confédération (1867), on estime que plus d'un million d'immigrants viennent s'établir au Canada.

    Vers les années 1880, des milliers d'immigrants en provenance de l'Europe viennent coloniser les Prairies. Des Ukrainiens, des Austro-Hongrois, des Allemands, des Polonais, des Scandinaves, des Islandais, des Finlandais, etc. sont attirés vers les plaines canadiennes. Au tournant du 20e siècle, l'immigration commence à se diversifier avec l'arrivée au pays des Asiatiques venus de la Chine, du Japon et des Indes. Entre 1897 et 1914, le flot migratoire est remarquable, près de 3 000 000 de personnes en provenance de l'Europe continentale, des îles Britanniques, des États-Unis, et de l'Asie s'établissent au Canada.

    La Première Guerre mondiale et la crise économique de 1929 marquent des creux dans les vagues d'immigration. Les lois canadiennes sur l'immigration se font plus sévères et empêchent la venue au pays de certains immigrants. C'est après la Deuxième Guerre mondiale, et surtout après 1962, que les mesures restrictives sont abandonnées. Elles laissent la place à une immigration plus diversifiée, moins discriminatoire, plus soucieuse du sort des réfugiés. C'est à cette époque que des milliers de Slovaques, de Belges, de Tchèques, d'Asiatiques de l'Ouganda, de Vietnamiens, de Chiliens, d'Arméniens, d'Haïtiens, etc. viennent chercher refuge au pays.

    En 1970, le multiculturalisme devient la politique officielle du gouvernement canadien. Le Canada présente un visage multiethnique qui contribue à la construction d'une identité nationale unique et originale.